Le baptême, du grec « baptisein » qui signifie « plonger », est le premier sacrement réalisé pour entrer dans la vie chrétienne. Il s’agit d’une célébration écclésiale qui nous fait rentrer dans l’Eglise et donne à l’enfant un parrain et une marraine qui devront, au sens religieux, guider leur filleul vers la foi et  veiller à son éducation chrétienne.

En 1990 sur environ 793 000 naissances, 472 130 enfants ont été baptisés d’après le site église catholique. Malheureusement en 2009, nous avons pu constater une diminution de 30% du nombre de baptême. En effet, aujourd’hui moins d’un enfant sur deux est baptisé. Toutefois, dans certaines régions de France, cette baisse reste limitée.

Une question peut alors être posée : comment expliquer cette baisse ? L’Eglise justifie ce constat par la crise de la famille et la baisse de la pratique religieuse. Nos sociétés connaissent des changements comme la diminution des mariages, l’augmentation des divorces, des familles recomposées, des naissances hors mariage,… Il y a donc une instabilité familiale. Mais d’autres facteurs peuvent aussi s’y ajouter tels que : L’évolution des adultes, la présence d’autres groupes religieux, les effets de migrations, les évolutions dans la façon de penser chez les individus,…

A l’inverse, alors que le nombre total de baptêmes d’enfants  doit faire face à une diminution, le nombre de baptêmes d'adultes se maintient en légère augmentation : 2 931 adultes ont été baptisés en France  en 2009 à Pâques. En 2012, une légère hausse a pu être constatée, avec au total 2958 adultes baptisés  dans la nuit du 7 au 8 avril au cours des fêtes pascales.

Parmi les baptisés on compte 68% de femmes et plutôt des jeunes : plus de la moitié a entre 25 et 40 ans, et près d'un quart entre 18 et 24 ans. Mais même s'ils sont majoritairement issus d'une famille de tradition chrétienne, 40% d'entre eux ne s'apparentent  à aucune tradition religieuse particulière.