La première communion,  qui se fait habituellement entre 8 et 10 ans, est, avec le Baptême et la Confirmation, un sacrement Eucharistique. Au cours de cette cérémonie, l'enfant va communier en partageant le pain et le vin, symbole du corps et du sang du Christ.

Lors de la confirmation, la personne reçoit les dons de l’Esprit Saint pour la renforcer dans la foi et nous faire vivre pleinement la vie chrétienne unie au Christ. La Confirmation, comme le Baptême, imprime dans l’âme du chrétien une marque spirituelle. Dans les deux derniers cas, l’aube est la tenue vestimentaire à porter afin de rappeler le vêtement blanc du baptême. Même si la Confirmation et la profession de foi ont un lien très étroit, elles restent pourtant très différentes : la profession de fois est un engagement humain, il s’agit du renouvellement personnel et libre  des promesses du baptême. A l’inverse, la confirmation est un sacrement, c'est-à-dire une action de Dieu qui confirme la grâce de Dieu.

D’après les statistiques de l’Eglise Catholique, en 1966, 87% des français avaient reçu le sacrement de première communion en France : un chiffre qui concerne surtout les enfants et qui s’est vu diminuer avec le temps. En effet, en 1994, ont été enregistré 85 722 communiants, puis 62 003 en 2000 avant d’atteindre les 51 595 en 2006 : des chiffres qui révèlent donc une incroyable baisse de 40% en 12 ans.

En ce qui concerne la confirmation, les chiffres s’essoufflent aussi : Nous pouvons noter une diminution en 2008 avec 161 000 confirmés contre 45 037 en 2009.

Parmi eux, n’ont pas été comptabilisés les catéchumènes qui ont reçu les trois sacrements d’initiation (Baptême, Confirmation, Eucharistie) et qui représentaient 8945 en 2001 face à une légère baisse avec 9 846 catéchumènes en 2009.